Les préparatifs

Etape n°1. Définir l’itinéraire

Etape n°2. Réserver les billets d’avion

Etape n°3. (Re)définir l’itinéraire

Etape n°4. Les vaccins

Etape n°5. Le matériel/les vêtements

Etape n°6. Les visas

Etape n°7. Dernier check-up

 


Fin avril 2016, notre décision était prise, nous allions faire un grand et beau voyage à la fin de nos études ! L’excitation et l’envie de concret ont vite pris le pas sur l’assiduité et ce ne fut pas facile de se concentrer sur les travaux de fin d’année et les examens… mais il a bien fallu se résoudre à mettre le projet de côté encore quelques semaines tout de même.
Fin juin, nous avons enfin pu nous plonger complètement dans les recherches, la documentation et le début de la planification.


Etape N°1 : Définir l’itinéraire

Business vector created by Starline - Freepik.com
.

La première chose à faire est de choisir son itinéraire (grosso modo). Après avoir abandonné le projet « tour de l’Europe en campervan » au profit d’un tour du monde qui était comparable niveau budget, nous avons commencé à consulter des blogs et autres sites d’organisation de voyage qui en parlaient afin de trouver l’inspiration. Rapidement, nous nous sommes rendu compte que nous étions systématiquement emballés par 3 grandes zones géographiques : l’Asie du Sud-Est, l’Océanie et l’Amérique du Sud. Il restait donc à sélectionner les pays que nous souhaitions découvrir sur chacun de ces continents. Cette étape n’est pas évidente du tout, car :

  1. on a envie de voir grand et de TOUT voir sans exception ; on se sent mal si on exclut un pays… Pourquoi en privilégier un par rapport à un autre ? Ils sont tous intéressants !
  2. si on ne part pas seul, on n’a pas d’office exactement les mêmes goûts/envie/attentes que son compagnon de voyage, et il peut donc arriver qu’on ne soit pas spécialement d’accord. Mais au bout d’un moment, vous arriverez quand même à une liste finale ! Enfin… que vous pensez finale. Car oui, elle risque de changer à l’étape n°2.
    En ce qui nous concerne, cette première étape nous a clairement pris les 2 mois de vacances car nous étions pas mal occupés par nos jobs d’étudiant et nos deuxièmes sessions respectifs. La préparation à proprement parler a donc réellement commencé au mois de septembre, lorsque nous avons eu notre diplôme en main !

 

Etape N°2 : Réserver les billets d’avion

Lorsqu’on a la liste des pays qu’on souhaite visiter bien en tête et qu’on sait dans quel sens on veut les visiter (commencer par l’Est et continuer toujours vers la droite jusqu’à revenir au point de départ, ou commencer par l’Ouest et avancer toujours vers la gauche), il faut réserver les billets d’avion principaux. Pour ce faire, nous ne pouvons que vous recommander Zip World (https://www.zip-world.fr/). Si vous ne connaissez pas encore, il s’agit d’une organisation qui se charge de réserver pour vous des billets d’avion « multi-destinations » ou carrément « tour du monde » et c’est vraiment génial ! Le principe est le suivant : ils prennent en compte vos desiderata et à partir de là, réservent pour vous des vols intercontinentaux à des prix très compétitifs et uniquement avec les compagnies aériennes membres de One World (https://fr.oneworld.com/compagnies-a%C3%A9riennes-membres-5s4s/) Vos vols principaux sont ainsi déjà réservés à l’avance et vous ne devez plus vous en soucier une fois sur la route. Autre avantage : si, pendant le voyage, vous vous rendez compte que la date d’un vol ne vous convient plus, il vous est loisible de contacter Zip World pour les en informer, et s’ils trouvent des sièges disponibles sur un autre vol du même numéro, ils vous changent votre billet sans frais. Nous n’avons pas eu besoin de faire appel à ce service mais plusieurs voyageurs que nous avons rencontrés en route nous ont dit l’avoir fait plusieurs fois et que tout s’était très bien passé. Les 3 seules conditions à respecter pour ces billets « tour du monde » sont :

  1. Vous devez impérativement revenir à l’aéroport de départ, de façon à former un tour « parfait » autour du monde.
  2. Vous devez respecter un sens giratoire (toujours vers l’Est ou toujours vers l’Ouest). Donc, par exemple, vous ne pourrez pas commencer par la côte Ouest des Etats-Unis, puis aller sur la côte Est, puis repartir vers l’Ouest. Ou alors, vous bookez ces vols-là par vous-même, hors billet TDM.
  3. Vous avez un an jour pour jour pour revenir à l’aéroport de départ.Côté pratique, comment ça se passe ? Matthieu s’est mis en relation avec un conseillé Zip World via leur chat en lui donnant la liste de nos pays et cette personne de contact est revenue vers nous très peu de temps après avec une première proposition de vols (dates, heures, connexions, etc.). Nous avons modifié, ensemble, les propositions plusieurs fois, afin que l’itinéraire et les dates nous conviennent au mieux. C’est donc à ce moment-là que votre liste de pays risque de changer. En effet, vous vous rendrez compte que ce sera plus facile de passer par tel pays au lieu d’un autre, ou que, au contraire, vous peut-être plus de temps que prévu et que vous pourrez donc rajouter une escale supplémentaire. Lorsque les vols vous conviennent, il ne vous reste plus qu’à les confirmer et Zip World vous envoie vos billets.
    A titre d’information, notre billet TDM nous est revenu à 2000 EUR par personne + 100 EUR d’assurance annulation et comprenait :
  • Paris –> Bangkok
  • Bangkok –> Sydney
  • Auckland –> Santiago
  • Lima –> Paris

En conclusion, ce billet est vraiment très économique et nous permet de partir l’esprit beaucoup plus tranquille.

Etape N°3 : (Re)définir l’itinéraire, les modes de transport et les passages de frontières.

Maintenant que vous avez une idée précise du temps que vous allez passer sur chaque continent, à vous de voir si, entre ces grands vols intercontinentaux, vous préférez vous déplacer par voie terrestre ou aérienne. Bien sûr, vous adapterez vos moyens de transport au jour le jour, mais avoir une idée, même vague, de la façon dont vous allez bouger va déjà vous aider à tracer un itinéraire plus net sur la carte. Par exemple, vous ne commencerez pas par visiter un pays de la même façon, selon que vous arrivez par avion à l’aéroport international, ou en bus à un poste frontière. Ne fut-ce que pour se rendre compte du temps nécessaire dans les transports et sur place pour visiter, des endroits inaccessibles (conflits ou absence de route), ou tout simplement du budget dont vous aurez besoin, cela vaut la peine de s’attarder un petit temps sur la question.

Etape N°4 : Les vaccins

.

Ces questions de passages d’un pays à l’autre en soulèvent une autre : celle des VISAS. C’est un point crucial pour lequel il faudra consacrer un temps certain, c’est sûr, mais, si vous avez encore plusieurs mois devant vous avant le départ, vous pouvez attendre encore un peu et vous consacrer sur quelque chose qui prend plus de temps : les vaccins !

Certains pays exigent une preuve de vaccination contre certaines maladies lors de votre arrivée, comme le Cambodge, qui demande à voir votre preuve de vaccination contre la fièvre jaune. Il s’agit donc de vaccins à faire obligatoirement.

Pour une première prise d’informations sur Internet, voici un lien pas mal : http://www.vacciweb.be/ Mais ce n’est tout de même pas toujours facile de s’y retrouver. Quels vaccins devrez-vous faire concrètement ? La solution la plus simple, c’est de vous adresser à un médecin du service « médecine du voyage » dans l’hôpital le plus proche de chez vous. Il vous suffira de lui donner la liste des pays que vous comptez visiter et il saura vous prescrire tous les vaccins nécessaires, voire déjà vous en administrer quelques-uns le jour-même. Vous repartirez ainsi avec une prescription des injections à faire après chez votre médecin généraliste à des dates bien particulières. Attention, essayez de vous y prendre le plus tôt possible car certains schémas nécessitent d’attendre plusieurs semaines entre 2 injections.

Le médecin spécialisé dans la médecine du voyage et votre médecin généraliste pourront tous deux vous aiguiller dans la préparation de votre pharmacie. Personnellement, nous avions une belle grosse pharmacie chacun avec des médicaments pour tous les cas possibles, mais finalement, nous nous sommes rendu compte que nous avons surtout eu besoin d’antidouleurs. Privilégiez les médicaments simples, de première nécessité (antidouleurs, anti-inflammatoires, désinfectant, pansements) ; si vous tombez malade pendant le voyage, vous aurez toujours la possibilité de vous soigner sur place.

Volet filles : Je (Pauline) suis partie avec la Cup et je l’ai adoptée immédiatement ! Pas facile à mettre au début, elle s’avère extrêmement pratique, au point qu’on pourrait en oublier qu’on est dans la mauvaise semaine. Question entretien, pour la stériliser en la faisant bouillir, j’arrivais toujours à me débrouiller : il y a toujours bien une bouilloire dans les chambres des hostels ou les campervans, ou une cuisine commune dans les auberges. Vous trouverez bien 7 minutes pour faire ça discretos vite fait bien fait 😉

Trousse de toilette : certains préfèrent gagner quelques grammes en utilisant une boule de savon pour tout (corps, cheveux, lessive). C’est qu’on a voulu faire au début aussi, et puis on a fini par acheter une bouteille de shampoing et de gel douche, car se lever « correctement » et sentir bon, ça fait vraiment du bien.

Etape N°5 : Le matériel/les vêtements

.

L’achat le plus important que vous ferez, outre vos billets d’avion, sera sans aucun doute celui de votre sac à dos – le backpack ! Ne sous-estimez pas l’importance de ce choix. Prenez le temps de vous renseigner sur Internet et en magasin afin de choisir une marque et un modèle fiable, solide, léger et surtout adapté à vous (votre morphologie et vos besoins). Nous avons tous les deux opté pour un Osprey, le modèle Atmos : Atmos AG 50, 50 L, taille M. Ce modèle est idéal pour transporter la totalité de nos affaires sur de longues distances car le dos est très aéré et, surtout, le système antigravity (qui permet au poids de se répartir sur les hanches) est vraiment très très efficace ! Attention, il s’agit d’un sacré budget quand même, comptez 200 EUR pour un sac neuf. Veillez à vérifier si votre sac est vendu avec sa housse de protection imperméable, si pas, achetez-en une. Elle n’est pas utile que lorsqu’il pleut, mais également pour éviter que votre sac ne s’abîme trop vite dans les bus et autres moyens de transports pas toujours propres.

Si vous achetez votre sac dans un magasin spécialisé en voyage/randonnée, vous aurez tendance à jeter un œil à tous les articles et à vous convaincre que vous aurez d’absolument tout ce qu’ils vendent, tant il existe des choses pratiques, légères et bien pensées. Mais ne cédez pas à la tentation ! Préparez-vous une liste exhaustive de ce dont vous avez besoin et limitez-vous à elle ! Sinon vous allez vous retrouver avec de petits machins « légers et qui ne prennent pas de place » à devoir caser tant bien que mal et que vous n’utiliserez jamais – faites-nous confiance.

Voici une liste du matériel « voyage » qui, selon nous, est essentiel et suffisant :

  • Un grand essui (serviette) en microfibres tout fin
  • Une moustiquaire (imbibée de préférence, mais pas nécessairement) si vous allez dans des pays au climat chaud et humide
  • Du spray anti-moustique contenant du DEET

Vêtements :

  • Un pantalon convertible en short grâce à une tirette
  • Un t-shirt qui protège bien les épaules au cas où vous devez visiter des temples
  • Une polaire
  • Une tenue pour le soir, si vous le souhaitez, car parfois ça fait de bien de s’habiller « normalement »
  • Des bonnes chaussures de marche
  • Des tongs
  • Des chaussettes pas trop basses pour éviter les cloches
  • Pas trop de sous-vêtements, vous les laverez régulièrement le soir à la main

Appareils électroniques/multimédia (très subjectif, mais très utile, il faut le reconnaître) :

  • Un smartphone chacun avec toutes les applications nécessaires pour se repérer ou trouver des endroits où loger (maps.me, wikicamp, …) + les chargeurs bien sûr
  • Un ordinateur portable
  • Un appareil photo
  • Plusieurs cartes SD
  • Un adaptateur allume-cigare au cas où vous comptez louer un véhicule
  • Un adaptateur convertible pour plusieurs pays/continents

Etape N°6 : Les visas

.

Renseignez-vous sur les visas ou autorisations qu’il vous faut acheter obligatoirement à l’avance. Pour cela, le site du Routard est très très bien fait et fiable (exemple avec le Vietnam). Certains visas touristiques peuvent s’acheter en ligne, comme celui du Myanmar, mais attention, il existe beaucoup de sites arnaques. Sur le site du Routard justement, on vous donne les seuls et uniques liens officiels à suivre.

Si vous devez faire une demande de visa auprès d’une ambassade, comptez au moins 1 semaine. Il n’y a pas énormément de pays qui l’exigent, vous ne devrez pas en faire beaucoup, c’est pour cela que nous vous avons dit que ça ne pressait pas, mais n’attendez pas la dernière minute non plus, surtout que les ambassades ne sont pas très souvent ouvertes.

Etape N°7 : Dernier check up

Peu de temps avant de partir, passez en revue votre liste et vérifiez que vous disposez bien de tout. Regardez à ce que tout rentre bien dans votre sac également, on pourrait parfois être surpris 😉
Une fois que tout est prêt, off you go ! 🙂

Laisser un commentaire

*