Passage Frontière Vietnam-Cambodge

Le passage de la frontière entre le Vietnam et le Cambodge s’est fait d’une façon différente de celui des autres frontières en SEA, c’est pourquoi nous avons décidé d’écrire un article à part entière sur le sujet, simplement pour vous décrire comment cela s’est passé pour nous et que vous ne soyiez pas étonnés si vous devez passer par le même système.

Pour vous rendre de Phu Quoc (VN) au Cambodge – et dans notre cas, Kep en particulier – sans prendre l’avion, il vous faudra combiner bus, éventuellement taxi, bateau et van (navette). Notez qu’on ne peut pas prendre de bateau reliant directement Phu Quoc au Cambodge. En effet, il vous faut impérativement repasser par le “Vietnam Continent” afin de franchir la frontière terrestre.

Mia, la propriétaire de notre Homestay, a réservé l’ensemble du trajet pour nous. Il nous a d’abord fallu prendre un taxi pour aller à Duong Dong afin de monter dans le bus (réservé au préalable) qui va jusqu’au port (Hàm Ninh). La traversée de Phu Quoc à Ha Tien (sur le continent) prend environ 1h30, les places sont numérotées et les bagages doivent rester à l’entrée, sous l’escalier.

A la sortie du bateau, un “passeur” si on veut nous attendait avec nos noms ainsi que ceux de 3 autres personnes inscrits sur une pancarte. C’est lui qui allait s’occuper de nous faire passer la frontière. Nous avons rempli quelques documents et lui avons donné une photo d’identité, notre passeport, notre carte de vaccination contre la fièvre jaune et 37 USD. Il est alors parti en mobilette avec tous nos documents et notre argent en nous disant qu’il nous retrouverait à la frontière. Quant à nous, groupe de 5 voyageurs, nous sommes montés à bord d’un minivan qui nous a conduits à notre tour vers le poste frontière. Il est légitime de se poser des questions quant à l’honnêteté du “passeur”, mais rassurez-vous, c’est leur façon de procéder. A notre arrivée au poste afin de quitter le territoire vietnamien, les employés étaient déjà en train de tamponner nos passeports et nous n’avons dès lors pas dû attendre longtemps pour les récupérer. Nous les avons à nouveau donnés à notre passeur qui, à mobilette, est directement parti vers le poste d’entrée du Cambodge. Le temps que nous l’atteignions à pied, il nous attendait avec nos visas joints à nos passeports et nos cartes de vaccination contrôlées. Plutôt bonne organisation au final. Notre “passeur” a pris congé de nous et est parti s’occuper de son groupe de voyageurs suivant.

Nous étions donc officiellement au Cambodge, mais toujours pas à destination. A l’extérieur du poste, 2 jeunes garçons nous attendaient à bord d’un van dont on s’est demandé comment il pouvait encore rouler et nous avons alors pu d’emblée constater les différences avec le Vietnam. Le Cambodge est bien plus pauvre que son voisin, il est très poussiéreux, mais les gens y sont encore plus gentils et souriants. Les 2 jeunes garçons chargés de nous conduire à Kep nous ont bien fait rire et on s’est vite rendu compte par la suite que leur gentillesse et leur bonne humeur était emblématique du pays. Les Cambodgiens sont comparables aux Birmans à ce niveau-là.

Ils nous ont donc déposés à Kep. Les 3 autres passagers, quant à eux, ont attendu une deuxième navette, qui devait les conduire à Kampot et Sihanoukville. Si votre première destination au Cambodge est l’une de ces deux-là, sachez donc que tout le processus est identique, avec quelques heures de van en plus.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.